Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Agence des Oliviers, Agence immobilière THUIR 66300

L'actualité de CENTURY 21 Agence des Oliviers

La cave de TROUILLAS !!!

Publiée le 20/05/2016

Afficher l'image d'origine

Entre 5 000 et 8 000 hectolitres pour un montant avoisinant 1,5 M € ne sont plus dans les cuves alors qu'ils y figuraient comptablement.

Quand ils ont fusionné début 2015, les vignerons des caves établies sur Pollestres et Trouillas ne s'attendaient certainement pas à pareille déconvenue. Moins de deux ans après ce rapprochement, l'équipe dirigeant la nouvelle entité découvre une malversation dont l'envergure pourrait affecter le revenu de nombreux vignerons. Une affaire délicate qu'explique Denis Surjus, président de la cave Vignoble Sud Roussillon, fruit de ce récent regroupement viticole : "Entre 5 000 et 8 000 hectolitres ont tout simplement disparu, dont la majeure partie en vins doux naturels pour une valeur qui peut atteindre 1,5 million d'euros. L'enquête le démontrera, mais nous pensons qu'il s'agit d'actes malveillants datant de cinq, voire dix ans en arrière. Et donc bien antérieurs à la fusion."

Plainte auprès du procureur

Des quantités très importantes qui étaient comptabilisées dans les stocks de la coopérative et qui se seraient donc volatilisées. "Depuis quelque temps, poursuit Denis Surjus, nous avions des doutes sur certains volumes et sommes allés vérifier sur le site de Trouillas où nous avons découvert des cuves vides. Nous avons immédiatement alerté le service des Douanes qui estime d'ores-et-déjà le manque à percevoir concernant les droits à 250 000 euros. Ensuite, bien sûr, nous avons déposé une plainte auprès du procureur de la République." Une affaire qui va susciter d'importants remous dans la galaxie viticole avec certains vignerons de Trouillas, Bages et Saint-Jean-Lasseille, apporteurs de l'ancienne structure basée à Trouillas, qui pourraient ne jamais encaisser le prix de leur vin, puisqu'il a disparu et ne pourra donc plus être commercialisé. Et des retombées économiques que ne voudront pas endosser les responsables et les viticulteurs regroupés au sein de la nouvelle entité.

Reste à savoir où est passé le vin

"Nous avons voulu ce rapprochement, reprend Denis Surjus, pour conforter le devenir de nos vignerons et de nos territoires. Et nous voilà confrontés à une escroquerie qui risque de nous porter préjudice. Nous espérons que les responsables, les dirigeants et ceux qui ont validé les comptes à l'époque sauront expliquer cette mystérieuse disparition. Il appartient désormais à la justice d'en analyser la cause. Quant aux conséquences et concernant le manque à gagner des producteurs il est, hélas, d'ores et déjà avéré." Reste à savoir où est passé le vin. Sur ce point et selon Denis Surjus, plusieurs hypothèses : "Une mauvaise évaluation des stocks, ce qui est peu probable pour de pareilles quantités. Ou des volumes écoulés sous le manteau." De son côté, Fabienne Bonet, présidente de la coopération viticole dans les P.-O. affiche son soutien. "J'apporte mon entier soutien à l'équipe actuelle des vignerons de Sud Roussillon. En espérant que toute la lumière sera faite très rapidement sur ces malversations inacceptables et, de facto, préjudiciables aux producteurs."

250 viticulteurs adhérents

À la suite du rapprochement des caves de Pollestres et Trouillas qui avaient précédemment regroupé d'autres caves coopératives, l'entité Les vignobles du Sud Roussillon (VSR) vinifient désormais plus de 60 000 hectolitres. Le chiffre d'affaires est de 8 500 000 euros dont 2 500 000 générés par la seule vente au détail. La structure emploie 16 salariés permanents et 30 saisonniers. 250 viticulteurs adhèrent à VSR et exploitent 1 600 hectares de vigne.

Notre actualité